Appelez le 02 97 47 68 08

Les critères de l'ostéopathie

Souvent les médecins se demandent quels sont les critères de l'ostéopathieles critères de l'ostéopathie, quelle est la différence avec la kinésithérapie ?

J'ai été kinésithérapeute pendant 30 ans jusqu'en 2000, puis la loi ayant changé, je me suis spécialisé en ostéopathie douce sans cracking depuis 10 ans.
La kinésithérapie masse et remuscle, mais ne remet pas les axes en lésion en place d'où le nombre de séances nécessaires.
Les manipulations en force selon la méthode de Thrust, le cracking, ne se pratiquent plus, elles ne sont pas durablement efficaces et font souvent peur aux patients.

L'ostéopathie douce suit essentiellement les lois embryologiques.
L'embryon se forme en haricot fermé, en rotation interne flexion et expiration.

Les tissus se souviendront jusqu'à leur mort de cette position réflexe qu'ils reprendront systématiquement au premier choc, lors d'un traumatisme, d'un faux mouvement, d'un état dépressif ou d'une agression microbienne ou psychique.

Toutes les lésions tissulaires, osseuses ou membraneuses suivent cette loi embryologique : Flexion, rotation interne et expiration aboutissant à une dérotation
axiale.

Pour libérer le patient de la douleur compressive des récepteurs sensitifs, il suffît de remettre les articulations les tendons, les muscles, les tissus viscéraux ou les membranes crâniennes en position de naissance : extension, rotation externe et inspiration, sans forcer, en suivant le mouvement de respiration tissulaire (qui n'est pas le mouvement respiratoire thoracique).

Là est toute la technique biodynamique et le savoir faire manuel et sensitif du bon ostéopathe sur les influx nerveux, cela demande quelques années de pratique.

Dés que le bon axe physiologique est récupéré et stabilisé, la circulation lymphatique et veineuse reprend normalement et évacue les toxines inflammatoires et les acides lactiques, libérant ainsi les récepteurs sensitifs, la douleur cesse.

On constate souvent l'inefficacité des anti-inflammatoires et des infiltrations si en amont la circulation de retour est ralentie par des axes en lésion.
Au contraire, les anti-inflammatoires sont efficaces après l'alignement des axes selon les lois embryologiques, les résultats rapides le prouvent.

Une périarthrite de l'épaule, une capsulite, une sciatique, un lumbago, des rachialgies, une entorse, une gonalgie, des migraines ou des vertiges, une sinusite, des malaises vagaux, les conséquences du stress, relèvent quotidiennement de l'ostéopathie et ne doivent pas prendre plus de 3 séances si le patient est traité dans les premières semaines. Si cette affection date de 2 ou 3 jours, et que le patient vient tout de suite, 1 ou 2 séances sont suffisantes.

Par contre une épaule bloquée depuis 6 mois ou un an peut prendre 4 à 5 séances, puis 1 séance toutes les 3 semaines 2 ou 3 fois. Une capsulite traitée habituellement en un an coûte bien plus cher en arrêt de travail que 5 séances d'ostéopathie sur un mois maximum.

Les tests cliniques d'ostéo permettent de mieux voir dans les mouvements-test certaines lésions invisibles sur une radio instantanée fixe.


Annuaire Ostéopathes
 Jean Stiegler - ostéopathe - 13, rue Hoche - 56000 Vannes - 06 14 59 83 13 - 02 97 47 68 08 - jean.stiegler@wanadoo.fr
La rue Hoche longe l’Hôtel de Ville, le cabinet  est situé sous le porche au N° 13, à la sortie du Parking des Trente (250 places)
.
© 2009 crearteasing.net